Volontariat au Cameroun : témoignage de Chris et Christine Broad

Par 2 février 2018 juin 14th, 2018 À publier, Le Cameroun, Vos témoignages
Photo illustrant l'article de Lifetime Projects : "Volontariat au Cameroun : témoignage de Chris et Christine Broad"

Nous sommes Chris et Christine Broad, et voici le témoignage de notre volontariat au Cameroun, dans le cadre du projet Savons d’Atta (fabrication de savon artisanal à l’huile de palme par les femmes d’Atta).

Pour rejoindre le village d’Atta et ses femmes, il faut prendre la route goudronnée de Yaoundé vers Foumban où l’on dort, puis vers Bankim. Ensuite, progressivement, le goudron cède la place à la piste rouge et poussiéreuse qui s’enfonce petit à petit dans la brousse de l’Amadaoua. Nous découvrons avec enchantement au fil du voyage la vie des habitants des villages traversés par la piste, dont la poussière rougit tout au passage des motos-taxis, taxis -brousse, voitures, énormes camions et… marcheurs de tous âges qui se rangent sans attendre au coup de klaxon qui les avertit.

Quel festival de couleurs et d’activités : agricoles, domestiques, commerciales, scolaires, esthétiques dont l’allure réduite par les ornières et les trous nous permet de profiter.

Puis c’est l’arrivée à Atta, un village traditionnel reculé proche de la frontière nigérianne, calme et accueillant. Ici cohabitent paisiblement plusieurs ethnies aux religions variées, et le village s’étend le long de la piste. Non loin de là, l’immense parc de la mission catholique avec son église, son école, ses parties communes et ses logements. C’est là que nous serons hébergés, au pied du mont Mambila, après avoir été accueillis par Philomène, la responsable de LifeTime Projects à Atta. C’est avec elle et Herwin, responsable Cameroun de LifeTime Projects, que nous allons visiter le village et en particulier la fabrique de savon. Celle-ci fonctionne depuis quelques mois, grâce à une formation et un financement par LifeTime Projects, l’objectif étant bien sûr que le projet de fabrication et de vente se développe suffisamment pour devenir autonome et rentable dans un avenir proche.

Pour l’instant, 6 femmes sont salariées (Henriette, 2 Marthe, 2 Emilienne et Angeline) et nous montrent avec fierté leur savoir-faire fraichement acquis. C’était impressionnant, elles manipulent l’huile de palme chaude, l’eau filtrée et la soude avec des gants, masques et lunettes de protection… Il a été décidé de former chaque femme à toutes les étapes de la fabrication. Le savon fabriqué est bio et de très bonne qualité, c’est d’ailleurs l’argument de vente essentiel : « le savon artisanal à l’huile de palme d’Atta, par les femmes d’Atta pour le village d’Atta ». Aujourd’hui l’objectif est de rendre plus régulière sa texture et plus poli son aspect final.

Nous allons partager durant notre séjour les espoirs de ces femmes. Pour cela, il faut essayer d’améliorer le volume produit et surtout le volume vendu en cherchant tout ce qui pourrait rendre le processus plus efficace malgré un pouvoir d’achat très faible dans la région. En augmentant les ventes, les femmes augmenteront aussi leurs revenus et grâce à cela, leurs filles pourront aller à l’école.

Nous sommes sans cesse entourés, accompagnés, choyés par l’équipe qui se préoccupe de notre bien-être.  Nous partageons les repas et presque toutes les journées, entre mission et découverte du pays, ce qui amène un dialogue constant et une vraie complicité. Nous avons beaucoup voyagé auparavant mais c’est la plus belle expérience d’immersion qu’il nous ait été donné de vivre. Les Camerounais sont amicaux, gais et optimistes ! Même Alimata, une cuisinière venue de Yaoundé, s’affaire tous les jours pour préparer tous les repas en fonction de nos goûts, c’est un cordon-bleu qui nous fait goûter toutes les sauces locales ! Gombo, n’dolé, pistache et j’en passe ! Et Gaston, le stagiaire du curé qui insiste pour remplir nos seaux d’eau à la pompe du puit lorsque les robinets ne coulent pas et même de laver nos vêtements ! Et Junior et Evrard les 2 frères de 3 et 6 ans qui sont nos voisins dans la mission catholique et deviennent rapidement nos interlocuteurs pour jouer et dessiner.

On lâche prise avec une facilité déconcertante sur notre mode de vie européen. Peu à peu, on se laisse envelopper par la chaleur humaine, la sérénité, la courtoisie et la gaité des camerounais.

Un des autres aspects du projet consiste à sensibiliser petits et grands à l’hygiène pour lutter contre les maladies, en s’inspirant de la méthode Phast revisitée en fonction des circonstances :

  • tout d’abord, nous profitons d’une réunion de l’Association des femmes d’Atta. Cette intervention fera venir une cinquantaine de personnes, pour certaines des femmes avec leur bébé, assises par terre derrière l’église et parlant leur dialecte… Philomène, membre de l’association LifeTime Projects, m’aide à traduire ce que je dis… Les fiches illustrées les amusent beaucoup et sont le point de départ d’échanges sur leur vécu des maladies et comment s’en prémunir : en utilisant de l’eau potable et du savon !
  • ensuite, à l’école primaire où tous les élèves (une centaine) ont été réunis dans une salle de classe. Là aussi, ils ont pu poser des questions. Pendant ces moments d’échange, on essaie de voir où ils en sont de leur connaissance sur les possibilités d’éviter de tomber malade.

Encore un échange très fructueux et dans les 2 cas, on a fini par des travaux pratiques : tout simplement se faire laver les mains au savon (d’Atta, évidemment !) et à l’eau potable à plusieurs femmes et leurs bébés, ainsi qu’à plusieurs écoliers. Le tout dans une ambiance détendue, avec beaucoup de rires et d’applaudissements !

Enfin, à la fin de la messe du dimanche, nous avons pris la parole à nouveau, en français et en dialecte pour promouvoir le projet savon d’Atta. L’occasion de rappeler les moyens simples de se prémunir contre les maladies diarrhéiques, déclenchant une nouvelles fois les applaudissements et à la sortie de l’église les salutations et embrassades de nombreux participants.

L’étape suivante que nous avons préparée était de former quelques femmes volontaires qui, à leur tour, transmettront les modes de protection à leurs amies ou voisines. Ainsi, petit à petit, on espère que la prévention deviendra un réflexe sytématique qui éviterait 60% des morts infantiles.

Lors de notre séjour, l’équipe nous propose de découvrir les environs. Nous avons donc visité des chutes/cascades impressionnantes et avons gravit le mont Mambila (1800 m et 800m de dénivelé), encadrés de guides du village en une randonnée mémorable de 6 heures… Ludo et Herwin en parlent encore !!! En haut, une vue à couper le souffle sur les pâturages nigérians et sur le village d’Atta, et sur la forêt exotique qu’on traverse pour y accéder, mélange de bananiers, de palmiers et de baobabs…

Le climat au Cameroun est délicieux en ce mois de janvier si gris et humide en France. Chaud mais pas trop en journée et presque frais à Atta la nuit car on est à 1000 m d’altitude, quasiment pas de moustiques… Une immersion totale dans un pays magnifique, accueillant, paisible et coloré aux habitants attachants avec qui nous avons partagés d’innombrables fou-rires. C’est le coeur gros qu’il a fallu rentrer sur Yaoundé. Nous avons fait une dernière réunion de débriefing et de planification du lancement de la vente des savons à Yaoundé, notamment à l’occasion de la journée de la femme, puis nous sommes repartis prendre l’avion, en écoutant avec nostalgie les chansons de Charlotte Dipanda…

A bientôt l’équipe, à bientôt Atta !

Chris et Christine Broad

 

Savons d'Atta au Cameroun : Voir la mission en détails

at eleifend felis amet, ipsum nec Aenean libero Phasellus